Médecine et santé intégratives : késako ?

La médecine intégrative

C’est l’intégration, dans le parcours de soins d’un patient, des pratiques issues de la médecine conventionnelle et des pratiques complémentaires les plus adaptées au patient. La médecine intégrative tient compte de la personne dans sa globalité (corps, émotions, mental, esprit) et développe une approche personnalisée prenant en compte l’importance de la relation thérapeutique.

Dans cette démarche, les différents aspects du mode de vie du patient sont pris en compte et la place de la prévention est essentielle. Le maître mot est interdisciplinarité. Les acteurs de la médecine intégrative sont des professionnels de santé.

La santé intégrative

La notion moderne de santé va bien au-delà de la simple absence de maladie. Elle s’inscrit dans le quotidien de chacun et s’étend à la notion d’équilibre et d’épanouissement dans les différents domaines de la vie physique, mentale et sociale. 

La santé intégrative invite citoyen/l’usager à s’autonomiser, à être acteur de sa santé et à définir son propre parcours vers un changement et un équilibre durables. Dans cette optique, La place de la prévention, de la promotion de la santé et de la santé environnementale y apparaissent comme essentielles. 

La santé intégrative est l’affaire des acteurs du système de santé mais plus largement de tous les secteurs de la société. Pour le professionnel de santé, il s’agit de pratiquer une médecine intégrative c’est-à-dire d’informer le patient et de co-construire avec lui un parcours de soin, parcours de santé et parcours de vie intégratifs. 

Retrouvez notre Webinaire EXPLORATION #2 : Médecine et santé intégratives : où en est-on en France ?

3 acteurs passionnés, Isabelle Celestin Lhopiteau, les Prof. Jacques Kopferschmitt et Grégory Ninot partagent leurs visions d’une approche globale de la santé et des soins, centrée sur le patient et son histoire et combinant le meilleur de la médecine allopathique et des pratiques complémentaires (Interventions Non Médicamenteuses – INM). Ils présentent aussi leurs actions pour contribuer à structurer cette approche intégrative en France, en synergie avec d’autres acteurs engagés.